Rendez-vous

Ils ont rendez-vous. Ils le savent. Les épis verts, très verts, puis jaunes. Ces tiges qui ont bu, beaucoup, et qui se montrent desséchées en Octobre. Tous et toutes les autres y sont passés. Les gros engins rôdent. Des « convois agricoles » qui se dandinent sur les départementales. Leurs chauffeurs haut-perchés dominant le monde et les terres. Là, quelques parcelles demeurent encore le cheveu ébouriffé, la … Continuer de lire Rendez-vous

Lado izquierdo, muro a la izquierda en Rekalde.

Son dos. Dos muros a la izquierda que duermen pies con cabeza, barrio de Rekalde en Bilbao. Cubiertos por el viaducto. Como un tejado. Un tejado con el que se carga a cuestas. Por encima de los deportes de pelota.   Dos murallas resguardadas. En un barrio renovado en 1982. Un barrio recubierto, que no teme que el cielo se le eche encima. Un barrio … Continuer de lire Lado izquierdo, muro a la izquierda en Rekalde.

La claquette

C’était un jour d’été. De grosse chaleur. Dés le matin, de l’air chaud par les fenêtres ouvertes. Une bouche d’aération qui réchauffait l’atmosphère. De l’air chaud, comme peut en émettre une terre qui transpire. Ce qui aurait pu être un bon signe. Mais, la Terre respirait faiblement. Et cette chaleur qui soufflait depuis le dehors. Il s’était assis sur le canapé convertible. Qui ne convertissait … Continuer de lire La claquette

Promesses d’Hiver à Pontarlier

Le froid est devenu le sujet de conversation, à Pontarlier. Il a fait froid, à la mi-septembre, mais depuis, non. Il pleut. Le ciel se rapproche des terres. Le décor n’est pas encore monté, mais il est prêt. Une bande grise dans le ciel, qui joue à cache-cache. Quelques arcs-en ciel, cette dernière quinzaine. Une facétie de montagnards. Des qui aiment la peinture et les … Continuer de lire Promesses d’Hiver à Pontarlier

Lepréfetadit

C’est le mot. Le grade en vogue. La fonction du moment. Le représentant de l’Etat. Un fonctionnaire haut, issu le plus souvent de l’ENA. Une fonction créée par Bonaparte en 1800. Le choix du titre retenu, du latin « praefectus », placé à la tête de, traduit l’autorité que l’on entend conférer aux tenants de cette nouvelle fonction, par référence à la Rome Antique. Préfet ; le … Continuer de lire Lepréfetadit

Sarah Lund

Je n’ai pas de téléviseur. Ça rend con. J’en suis certain, mais je ne saurai pas le prouver. A quoi bon du reste ?… Je maîtrise tout de même mes pulsions. C’est-à-dire que je peux entrer dans une habitation avec téléviseur, sans tout détruire, emporté par une (saine?!) rage d’anti…Je peux me conformer. M’asseoir, regarder l’objetquicommande, et passer pour un être tout à fait civilisé. … Continuer de lire Sarah Lund

…Viennoiserie

Non, je ne suis pas en Autriche. Vienne…Même sans valse, c’est bon. Mais dans le Haut-Doubs, à Pontarlier. Accroché à mes idées, mes images. Accroché, mais pas vraiment aux mots. J’ai déjà commencé à me renier. Pas courageux pour un sou. Un samedi matin ou je pénétrai dans la boulangerie, pâtisserie, salon de thé, s’il vous plaît. Avec l’aplomb d’un sudiste. Un qui se croirait … Continuer de lire …Viennoiserie

Indécent

A la dernière page du quotidien du sport, ce samedi. Un écrit. Disposé comme un poème, un dialogue Une traduction de l’anglais, certainement. Un texte vague, comme une rencontre d’aprés-confinement. Mal écrit. Vide de sens. Des mots passés dans des cylindres, mécaniquement. Des cuves. De l’inox qui ne doit pas laisser ni garder de trace. Quelques grammes de plantes. Un secret dont n’aurait pas voulu … Continuer de lire Indécent

Des hortensias aux gentianes

Une diagonale végétale. Des kilomètres pour vérifier la mondialisation. Sur les cartons d’emballage, des voyages, des cargos évoqués. Plus vraiment des « bateaux aux ventres alourdis ». Non, plutôt des navires chargés de boîtes bien rangées. Des boîtes de couleur, en métal. De quoi effrayer tous les poissons qui se hasarderaient à lever le nez ! De l’entrepôt ou je fouille les cartons, j’oscille entre des mots … Continuer de lire Des hortensias aux gentianes

Confiniment (13)

Ils sont venus. Ils sont passés à Itxassou. Plutôt le soir, souvent en noir et blanc. Ils ont peuplé mes soirées, comme autant de mains amies qui m’auront accompagné vers le lendemain. Comme autant d’étapes, de jours gagnés sur les jours perdus, de jours en moins du printemps 2019. J’ai apprécié le swing de Lino, souri et ri avec ses compagnons de soirée. Jean Lefebvre, … Continuer de lire Confiniment (13)

Discours citoyen de Vincent Lindon : « Comment ce pays si riche… » — Aphadolie

Time : 19 mn 35 / [1] Synopsis : Le comédien a confié à Mediapart une longue réflexion, lue face caméra chez lui, sur ce que la pandémie révèle du pays qui est le nôtre, la France, sixième puissance mondiale empêtrée dans le dénuement (sanitaire), puis le mensonge (gouvernemental) et désormais la colère […] via Discours citoyen de Vincent Lindon : « Comment ce pays si … Continuer de lire Discours citoyen de Vincent Lindon : « Comment ce pays si riche… » — Aphadolie

Confiniment (12)

Les mots continuent de me faire mal. Des « séquences », des « éléments de langage », « l’agilité » des entreprises. Indigeste. Oui, en fait ça c’est pour faire bien. « Indigeste », c’est pour rester dans le politiquement correct. Le gendre idéal, toutes ces banalités ou lieux communs, qui ménagent les susceptibilités… Mais, la vérité vraie-la mienne, et j’y tiens- c’est que ces maux me font vomir, gerber, dégueuler. A genoux, … Continuer de lire Confiniment (12)

Confiniment (11)

J’ai été cité. Par une connaissance. Je savais que ça pouvait m’arriver, mais je croyais y échapper. Je continuais d’aller sur les réseaux sociaux. Les faux-amis. Un espace de liberté totalement contrôlé, balisé. Une sécurité intérieure qui localise, accompagne, c’est selon. Une tribune, avec les coordonnées de ceux qui sont pour, ceux qui sont contre. Ceux qui soutiennent, ceux qui rapportent. J’ai donc été cité. … Continuer de lire Confiniment (11)